Edito : l’inclusion vient autant de l’extérieur que de l’intérieur de l’école

Notre système scolaire est marqué par des inégalités flagrantes, nul ne l’ignore aujourd’hui. Mais ne noircissons pas complètement le tableau pour autant. Si l’on conçoit l’école comme un système fermé, la marge de manoeuvre est limitée. En revanche, si on la considère comme un système ouvert – sur l’environnement social et institutionnel qui lui est « extérieur » – la donne change, car les ressources se trouvent autant dehors que dedans.

En effet, des prises de décisions et des initiatives extérieures à l’école insufflent des dynamiques d’inclusion à l’intérieur de celle-ci, en même temps que des acteurs de l’intérieur (des enseignants) s’efforcent d’instaurer un nouveau lien pédagogique fondé sur l’empathie et la bienveillance et non plus sur la compétition.

Ce numéro de Journal de Classe se donne pour objectif de mettre en valeur ces dynamiques multiples à travers des exemples récents :

  • La décision du gouvernement bruxellois de rendre les transports STIB gratuits en région bruxelloise pour tous les jeunes de moins de 25 ans à partir de juillet 2020. Ce qui signifie que tous les jeunes, quels que soit leurs statuts, pourront se rendre à l’école en empruntant gratuitement les transports en commun. Un « plus » pour l’inclusion.
  • La justice de paix de Namur qui, fin octobre 2019, a réaffirmé le principe de gratuité scolaire dans l’enseignement obligatoire en déboutant une école qui poursuivait en justice une famille modeste qui n’avait pas pu honorer la facture des frais scolaires. Une décision qui fera jurisprudence et qui va dans le sens de plus d’égalité, et ce faisant de plus d’inclusion.
  • Le tribunal de première instance d’Anvers qui, en novembre 2018, a condamné une école à payer des dommages et intérêts à la famille d’un enfant trisomique, car cette même école refusait de scolariser l’enfant, ce qui constitue un préjudice moral et une discrimination au sens de la législation. Cette décision est un premier jugement qui reconnait clairement l’école inclusive.
  • La circulaire du 15 octobre 2019 de la Fédération Wallonie Bruxelles qui invite les enseignants à rédiger des commentaires bienveillants et mesurés dans les bulletins des élèves. Cassant ainsi l’idée reçue selon laquelle un bon enseignant serait celui qui opère une sélection de ses élèves en affichant un quota d’échecs assimilé indûment à de la qualité pédagogique.
  • Les associations qui traitent du droit scolaire et du droit des jeunes, et qui favorisent ainsi l’appropriation par les jeunes eux-mêmes des règles et des codes qui organisent l’école et l’état de droit. A ce propos, Infor Jeunes Laeken, a par ailleurs réalisé avec des jeunes une émission de radio en octobre 2019 sur l’état de droit et les droits humains. Un webdoc sur la diversité et l’inclusion a également été conçu et réalisé par Infor Jeunes Laeken récemment.
  • L’engagement d’enseignants qui pratiquent les pédagogies actives et qui cherchent à sortir l’école du paradigme de la compétition et de la comparaison pour rendre l’école vraiment inclusive.
  • L’organisation le 29 novembre prochain à l’ULB d’un forum sur l’école inclusive. Cet événement est organisé par notre partenaire la Ligue des Droits de l’Enfant. L’idée du forum est de promouvoir la réussite pour tous les enfants, quels que soient leurs profils scolaires, leur origine sociale ou leurs types d’intelligence.

Des dynamiques qui, tout compte fait, rejoignent les axes 4 et 5 du pacte pour une l’Ecole de l’excellence :

Axe 4 : Afin d’améliorer le rôle de l’enseignement comme source d’émancipation sociale tout en misant sur l’excellence pour tous, favoriser la mixité et l’école inclusive dans l’ensemble du système éducatif tout en développant des stratégies de lutte contre l’échec scolaire, le décrochage et le redoublement.

Axe 5 : Assurer à chaque enfant une place dans une école de qualité, et faire évoluer l’organisation scolaire afin de rendre l’école plus accessible, plus ouverte sur son environnement et mieux adaptée aux conditions du bien-être de l’enfant.

Eric Bruggeman

Infor Jeunes Laeken