Communiqué de presse – Action Droit Inconditionnel à l’Education 11/10/2017

Le Collectif Education No Border regroupe une vingtaine d’associations, coordonnées par Infor Jeunes Laeken. Sa mission : sensibiliser les politiques, ainsi que la société civile, à la bonne application du droit à l’éducation pour tous les enfants, y compris les enfants « sans-papiers ». Trop d’enfants « sans-papiers » sont interpellés dans les transports en commun ainsi qu’aux abords des écoles par la police, sans que l’on sache ce qu’ils deviennent, et ce au mépris de la loi sur l’obligation scolaire et les différentes conventions internationales qui protègent tous les enfants, même ceux qui ne sont pas régularisés ou en cours de régularisation !

Dans ce contexte, notre Collectif organise une action symbolique de sensibilisation à Bruxelles.

Sans vous dévoiler la totalité des ressorts et des surprises de l’action, nous pouvons vous dire que nous irons, entre autres, à la rencontre de la Ministre de la jeunesse, Isabelle Simonis, ainsi que d’autres politiques.

Nous vous convions donc à couvrir avec nous cette opération !

Quand ? Mercredi 11 octobre 2017 à 8h.

 Où ? Point de départ du parcours : 1, rue Sainte Marie à 1080 Molenbeek (à côté du canal), chez Chantal Massaer, Directrice d’Infor Jeunes Laeken : 0487/61.10.86

Pour le Collectif Education No Border

Chantal Massaer

Tél : 0487/61.10.86

 

 

 

 

Charte en faveur du droit inconditionnel à l’éducation

« Ouvrir la porte d’une école, c’est fermer une prison » – V.Hugo

Madame, Monsieur…. (+fonction) s’engage à tout mettre en oeuvre pour que le droit à l’éducation s’applique inconditionnellement à tous les enfants présents sur le territoire belge, et ce quel que soit leur statut. Dès lors, il ou elle s’engage à tout mettre en oeuvre également pour que les enfants de familles « sans-papiers » ne soient pas arrêtés sur le chemin qui les mène à l’école : dans les transports en commun ainsi qu’aux abords de l’école.

En Belgique, les mineurs (avec ou sans papiers) sont soumis à l’obligation scolaire.

En effet, la Loi belge sur l’obligation scolaire (loi du 29/06/1983) impose que : « L’obligation scolaire porte sur tous les mineurs, pendant une période de douze années, domiciliés ou résidants sur le territoire belge, et ce sans distinction de statut ».

La Constitution en son article 22bis stipule, quant à lui, que : « Chaque enfant a le droit de bénéficier des mesures et services qui concourent à son développement ».

De plus, comme le prévoit la Convention internationale des droits de l’enfant : « Chaque enfant a le droit d’aller à l’école en liberté, sécurité et sérénité » (Article 28 paragraphe 2 de la Convention). « L’accès à l’éducation doit être garanti à tous les enfants. Dans ce cadre, une attention toute particulière doit être accordée aux enfants les plus vulnérables » (Article 28 paragraphe 1).

Le ou la signataire partage le constat qu’une société ne saurait être réellement démocratique si elle ne garantit pas concrètement ce droit à l’éducation à toutes et à tous, sans discrimination de race, de genre, de situation socio-économique, et de statut.

En conséquence, le ou la signataire fera tout ce qui est en son pouvoir pour que les enfants en séjour illégal ne soient pas arrêtés dans les transports en commun ou aux abords des écoles.

Car garantir la bonne application du droit inconditionnel à l’éducation, ce n’est pas seulement oeuvrer en faveur de plus de solidarité et d’émancipation, c’est aussi assurer sur le long terme une plus grande sécurité pour l’ensemble de la société !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.