Organisation du secondaire

Trois réseaux d’enseignement subventionnés coexistent :
– le réseau d’enseignement officiel, organisé et financé par la Fédération Wallonie-Bruxelles;
– le réseau d’enseignement officiel subventionné, organisé par les provinces, les communes, la Commission Communautaire dans la Région de Bruxelles – Capitale. Il est subventionné par la Fédération ;
– le réseau libre subventionné organisé par un pouvoir organisateur privé. Il comprend un enseignement non confessionnel et un enseignement confessionnel (catholique). Il est subventionné par la Fédération.

La structure de l’enseignement secondaire ordinaire de plein exercice

Deux types :
Le type I (« enseignement rénové »), et le type II (enseignement traditionnel, existant dans quelques rares écoles).

Enseignement secondaire de type I

Quatre formes d’enseignement :
– l’enseignement général ;
– l’enseignement technique ;
– l’enseignement artistique ;
– l’enseignement professionnel.

Ces formes d’enseignement sont organisées en sections dont les objectifs sont différents:

– les sections de transition (enseignement général, technique ou artistique) préparent principalement à la poursuite d’études supérieures tout en offrant la possibilité d’entrer directement dans la vie active ;
– les sections de qualification (enseignement technique, artistique ou professionnel) préparent plus concrètement à exercer une profession tout en permettant, via la délivrance du CESS, à la poursuite d’études supérieures.

Un nouveau  dispositif, la certification par unités (CPU),  s’inscrit dans un plan très complet de refondation de l’enseignement qualifiant qui vise à traiter les problèmes de fond observés de longue date dans l’enseignement qualifiant de la Fédération Wallonie-Bruxelles et se donne comme objectifs:

  • l’orientation positive vers l’enseignement qualifiant pour que celui-ci devienne le plus souvent possible un choix positif ;
  • la revalorisation des métiers techniques et des filières qui y mènent ;
  • la lutte contre l’abandon scolaire prématuré qui laisse de trop nombreux jeunes sans certification de fin de secondaire et nourrit le noyau dur du chômage.

http://www.enseignement.be/index.php?page=26558&navi=3311

L’enseignement secondaire de type I se compose de 3 degrés successifs de 2 ans chacun : le degré d’observation, le degré d’orientation et le degré de détermination.

 – Le degré d’observation

Il offre une formation de base tout en observant et en évaluant les aptitudes et les comportements de l’élève.

La 1ère année est commune aux 4 formes d’enseignement. Elle comprend :
– une 1ère année Commune ;
– une 1ère année Différenciée pour les élèves qui n’ont pas obtenu leur CEB au terme de la 6ème primaire.

La 2è année est organisée également sous forme d’une année Commune et sous forme d’une année Différenciée, pour les élèves qui n’ont pas obtenu leur CEB en fin de 1ère.

Si au terme de la 1ère ou de la 2ème, l’élève présente des lacunes, il peut alors suivre une année complémentaire (3SDO, pour les élèves possédant le CEB).

– Le degré d’orientation

A partir de la 3ème année :
– l’enseignement est organisé sous 4 formes : général, technique, artistique et professionnel ;
– l’enseignement général est organisé en sections de transition ;
– l’enseignement technique et l’enseignement artistique peuvent être organisés en sections de transition et en sections de qualification ;
– l’enseignement professionnel est organisé en sections de qualification.

– Le degré de détermination

Les 5e et 6e années de l’enseignement général, technique ou artistique doivent être suivies dans les même forme d’enseignement, dans la même section et la même orientation d’études.

Les années complémentaires

Les écoles peuvent organiser :

– des activités de remédiation individualisées et/ou de soutien pédagogique au 1er degré et de remédiation individualisées et/ou de réorientation dans les autres années ;

– une année complémentaire au terme de la 1e ou de la 2e année ;

– Une classe-passerelle visant à assurer l’accueil, l’orientation et l’insertion des élèves primo-arrivant (par exemple enfant de candidats réfugiés).

– une année de réorientation au niveau de la 4e année ;

– une année préparatoire à l’enseignement supérieur au terme du 3e degré de l’enseignement de transition ;

– une année de spécialisation ou de perfectionnement organisée au terme du 3e degré de l’enseignement de qualification (artistique, technique et professionnel) en vue d’obtenir le certificat de qualification (7e technique et 7e professionnelle) ;
– une 7e année de perfectionnement ou de spécialisation organisée au terme du 3e degré de l’enseignement professionnel en vue d’obtenir le certificat de qualification et le certificat d’enseignement secondaire supérieur ( CESS ) ;

– une 7e année au terme du 3e degré de l’enseignement professionnel en vue d’obtenir le CESS;
une classe de « qualification accélérée »en 1 ou 2 ans, accessibles aux porteurs du CESS qui ne veulent pas entamer d’études supérieures. Elle délivre un CQ.

Options principales possibles : « Assistant en pharmacie », « Biochimie », « Hôtellerie », « Puéricultrice ».

Le 4ème degré de l’enseignement professionnel

L’enseignement professionnel comporte un 4e degré (enseignement professionnel secondaire complémentaire). Une année préparatoire à l’enseignement professionnel secondaire complémentaire peut être organisée.
Il s’agit actuellement d’études organisées uniquement dans le domaine paramédical (infirmier hospitalier).

L’organisation de l’enseignement pour les primo-arrivants

Les élèves primo-arrivant sont intégrés dans une classe-passerelle.

Pour être considéré comme primo-arrivant, l’élève doit remplir les conditions suivantes :
– avoir moins de 18 ans (et au moins 2 ½ ans !);
– soit :

  • être demandeur d’asile (ou réfugié reconnu),
  • être mineur accompagnant un demandeur d’asile (ou un réfugié reconnu),
  • avoir demandé la reconnaissance du statut d’apatride (ou l’avoir obtenu),
  • être ressortissant d’un pays considéré comme étant en voie de développement ou d’un pays » en transition » ;
  • être arrivé en Belgique depuis moins d’un an.

La durée du passage en classe passerelle est comprise entre une semaine et 6 mois avec possibilité de prolongation jusqu’à un an sur décision du Conseil d’intégration (organe chargé au sein de l’école de guider l’élève primo-arrivant vers une intégration optimale).
L’objectif des classes passerelles est de donner un apprentissage intensif de la langue française et d’effectuer remise à niveau adaptée.

L’élève qui peut prouver la réussite ou la fréquentation d’une année antérieure peut se voir, sur décision du Conseil d’intégration, délivrer une attestation d’admissibilité dans n’importe quelle année de l’enseignement secondaire (sauf 6e et 7e années), dans n’importe quelle forme et n’importe quelle option.

Philippe De Bel

Infor Jeunes Laeken

Print Friendly, PDF & Email

22 réponses à Organisation du secondaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.