Les écoles de devoirs, partenaires citoyens de l’école

Les Ecoles de devoirs proposent principalement de l’aide aux devoirs et/ou l’apprentissage d’une méthode de travail aux enfants et jeunes du primaire et/ou du secondaire, après les cours, pendant l’année. Mais ce n’est pas tout..

Certaines d’entre elles organisent aussi, tout au long du parcours scolaire, des cours de remédiation, suppléant ainsi, d’une certaine manière, aux missions dévolues à l’institution scolaire et du rattrapage scolaire pendant les vacances (révisions pour les examens, mises à niveau). D’autres encore fonctionnent en Entraide scolaire ou Tutorat (les élèves plus qualifiés ou/et plus âgés aident ceux qui sont en difficultés)

Les actions menées par les écoles de devoirs s’adressent surtout aux enfants et jeunes issus de milieux défavorisés ou qui sont démotivés par l’école ou même parfois en décrochage scolaire.

Elles veulent donner à tous les enfants et aux jeunes, les mêmes chances de réussite scolaire et de développement de leur potentialité. De par ces actions elles luttent donc clairement contre l’échec scolaire.

Le fonctionnement de la plupart des écoles de écoles de devoir bruxelloises est encadré par charte et insiste principalement sur les missions suivantes :

– le développement et l’émancipation sociale de l’enfant et du jeune ;
– le développement intellectuel de l’enfant et du jeune ;
– la créativité de l’enfant et du jeune ;
– l’apprentissage de la citoyenneté et de la participation.

Pour les parents précarisés, les écoles de devoirs représentent la seule forme de soutien scolaire accessible hors de l’école. Celle-ci, loin de concrétiser la réussite de tous, produit souvent de l’échec et du découragement qui conduisent au décrochage scolaire. Ce sont surtout les milieux défavorisés qui n’ont ni les compétences ni les codes nécessaires pour se mouvoir au sein du monde de l’école qui en souffrent les premiers.

L’intervenant en école de devoirs va tenter au maximum de renforcer l’implication des parents, ce qui va aussi contribuer à faire progresser l’enfant. Il organisera donc des activités ou les parents se sentent compétents et utiles et peuvent aider leurs enfants (jeux, lectures). En quelque sorte l’école de devoirs complète ou joue le rôle de l’école auprès des parents pour construire un véritable partenariat scolaire autour de l’enfant.

Mais bien souvent, les contacts Ecole/Ecoles de devoirs sont compliqués car empreint de méfiance principalement dans le chef de l’institution scolaire. L’école semble avoir une mauvaise compréhension du rôle des écoles de devoirs et mettent même parfois en doute les compétences de celles-ci. Elles sont perçues uniquement comme étant « juste bonnes, à faire les devoirs et à s’occuper des enfants en échec ou en décrochage ».

Or, la nécessité d’un partenariat école-famille pour éviter l’échec scolaire n’est plus à démontrer et les écoles de devoirs ont toute leur place dans ce partenariat car elles ont développé une expertise réelle en milieu défavorisé et lutte donc pour une école de la réussite.

Philippe De Bel

Infor Jeunes Laeken