Je suis tricheur et fier de l’être !

tricheurCertaines écoles sont-elles un état dans l’état ? C’est la question que l’on est en droit de se poser en lisant un article paru dans La Libre de ce 6 mars 2013 (voir ici). Le quotidien y relaye  le témoignage d’un directeur  d’école réputée de la Région Bruxelloise (centre scolaire Saint-Michel),  qui revendique des « tricheries » à l’inscription.

Cet acte que le directeur  nous présente comme un acte de résistance et de courage,  n’est, somme toute, que l’expression arrogante de la loi du plus fort. Drapé dans son impunité, il s’offre  en outre le plaisir de faire la morale aux  dangereux délateurs, à ceux qui ont l’outrecuidance de livrer d’honorables citoyens à la vindicte publique. Honte à nous, qui avons dénoncé toutes sortes de manœuvres qui visent à contourner le décret inscription.

Décidément, ce décret sent le soufre. Quelle impudence que d’oser agir afin de garantir la transparence, l’égalité  à l’inscription.  Comment ! Vous pensez que l’enseignement financé par l’argent public doit servir l’émancipation sociale et non à la reproduction des inégalités ! Mais vous êtes fous !  Vous refusez  que le système scolaire soit lourdement marqué par la ségrégation sociale , vous vous indignez du fait que certains élèves  se vivent comme des rebuts de la société, juste bon à trouver place dans des écoles dite poubelles. Mais soyez raisonnable : c’est la nature qui veut cela. Taisez-vous ! Circulez,  il n’y a rien  à voir : tout allait tellement mieux avant le décret !

Avant quand c’était tellement mieux, dans nos écoles de « caractère »,  nous avions, paraît-il, l’opportunité d’accueillir les enfants, de personnaliser la rencontre.  Aujourd’hui, on nous oblige à traiter, entend-on, les enfants comme des numéros.  A telle enseigne que, si l’on en croit ces hérauts de l’humanisme, notre enseignement de demain deviendra parfaitement aseptisé.

Réveillons-nous : c’est une fable qu’on nous propose, un conte à dormir debout.  Un peu de bon sens que diable : on ose en effet espérer que se tissent tout au long de l’année des liens affectifs et des échanges pédagogiques  qui détermineront la scolarité de l’enfant  bien  au-delà du moment  de l’inscription.  Ce qui se joue à l’inscription  participe beaucoup plus d’une logique de marketing et de relations publiques, que d’un accueil personnalisé !

Du reste, en guise d’accueil personnalisé, de nombreux parents sont confrontés à une dynamique d’échanges purement descendante. C’est sûrement un hasard si beaucoup de  parents en milieu populaire pensent qu’il revient à l’école de plein droit de choisir les élèves qui fréquenteront leur établissement. C’est à coup sûr par empathie que certaines directions d’école  constatent la mort dans l’âme que le voyage scolaire n’est pas abordable pour certaines familles.  C’est pour élever les âmes que la messe, quand on  passe par la case école, devient payante. Et si on vous demande de décliner votre profession, votre statut social, ou de présenter votre feuille de paye  c’est sans aucune équivoque pour rendre le contact plus chaleureux, plus personnel !

A côté des indécrottables tenants de l’élitisme social, nous sommes persuadés  que de nombreuses écoles souhaiteraient sortir d’un système scolaire perverti par la compétition et la logique de quasi-marché. A cela  une seule réponse possible, il faut que l’état assume ses responsabilités et régule ce système qui s’apparente trop souvent à la loi de la jungle.

A ceux qui rêvent de voir Saint Michel terrasser le décret, nous opposerons nos rêves de solidarité et de justice.

Du vent dans les voiles, une marguerite à la boutonnière, nous ne rendrons pas les armes. Pour qu’enfin, en toute confiance, des étoiles dans les yeux, tous les enfants puissent prendre le chemin de l’école de la réussite.

Chantal Massaer

Directrice d’Infor Jeunes Laeken

 

Ce contenu a été publié dans Citoyenneté, Enseignement, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Je suis tricheur et fier de l’être !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.