Chance aux « bons » et malheur aux « mauvais » élèves !

Dans la foulée des objectifs d’égalité prônés par la campagne Marguerite, une enquête récente de la Cgé (Changement pour l’Egalité) – réalisée par Gaetane Chapelle et Sandrine Grosjean – traite de la question des stéréotypes des « bons » et des « mauvais » élèves.

En effet, qu’est-ce qu’un « bon » ou un « mauvais » élève ? Qu’en est-il aujourd’hui de tels préjugés ? Comment avons-nous vécu une telle discrimination dans nos parcours d’études ? Et, quels en sont les effets sur nous en tant qu’apprenants ?

Du point de vue méthodologique, les chercheuses ont basé leur enquête sur des entretiens semi-directifs portant sur les stéréotypes des « bons » et « mauvais » élèves. Cette approche livre, notamment, des récits d’expériences vécues d’élèves, d’où se dégage l’impact des stéréotypes sur leur trajectoire scolaire et sur leur construction identitaire.

L’étude tente donc de sonder ce qui se passe derrière ces images préconçues, et d’en mesurer les conséquences. Car, aujourd’hui, pareils stéréotypes demeurent toujours aussi nocifs. Souvent, inconscients, ils tendent à accréditer l’idée selon laquelle tout le monde ne peut pas réussir, ils fonctionnent donc comme des freins à l’apprentissage !

En fait, le cœur de la problématique repose sur le fameux « effet Pygmalion ». Rappelons qu’il s’agit de l’étiquette (inconsciente ou consciente) qu’un enseignant plaque sur ses élèves. Cette étiquette (ou représentation) aura sur l’élève un effet inducteur : soit il croira qu’il est véritablement « mauvais » et il aura des résultats scolaires souvent insuffisants, soit, inversement, s’il est étiqueté « bon » élève.

Pour consulter l’ensemble de l’étude, clique ICI

Ce contenu a été publié dans Enseignement. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.