L’excellence, un concept vintage pour occulter quoi ?

change-managementL’excellence ! Les connotations élitistes et solennelles du mot ont tout autant pour fonction d’indiquer la finalité réelle du Pacte, que de reléguer dans l’ombre ce qui devrait être les axes majeurs de l’Ecole.  

– Ah ! Et quoi ça, s’il-vous-plaît ?

Au moins trois choses. Qui participent des caractéristiques essentielles d’une école démocratique et égalitaire :

1. La fonction émancipatrice de l’école. Qui consiste à former les jeunes en tant que citoyens critiques, capables de comprendre le monde dans lequel ils vivent en vue d’oeuvrer à sa transformation. Cette fonction est totalement absente du Pacte.

En effet, lorsqu’on lit le Pacte pour l’Excellence, la fonction que celui-ci entend privilégier, eu égard à la formation des élèves, c’est « l’adéquation de l’enseignement au monde socio-économique », réduisant du même coup l’école à une visée utilitariste indexée sur le diktat des marchés.

Ajoutez-y l’adaptation à l’inévitable « révolution numérique », et vous aurez le profil du jeune-consommateur idéal (excellent ?) esquissé par le Pacte en question.

2. L’activation de la mixité sociale dans le système scolaire. Pas un mot à ce sujet non plus.

Or, l’école n’est pas seulement le lieu de la transmission des savoirs, elle est aussi celui d’une expérience socialisatrice. Parler de vivre-ensemble sans prendre en considération la dimension de la mixité sociale est aujourd’hui un non-sens.

Certes, la mixité en elle-même ne se décrète pas, mais elle peut être facilitée et organisée par des changements structurels..

3. La mise en oeuvre de changements structurels. Sans lesquels les inégalités ne peuvent être réduites.

Eh bien, non : de tels changements ne sont pas à l’ordre du jour de la Ministre, en raison du recentrage sur le seul processus pédagogique.

Ces changements pourtant permettraient d’éviter l’orientation précoce vers les filières de relégation, en finiraient avec la hiérarchisation actuelle des filières, ainsi qu’avec la dérégulation du quasi-marché, qui sont autant de facteurs majeurs causant les inégalités (http://inforjeunes.eu/sans-changement-structurel-pas-de-lutte-contre-les-inegalites/  )

Sans volonté de prendre en compte ces éléments-là, il est à craindre que le Pacte pour l’Excellence ne soit qu’une réforme cosmétique de plus dans l’histoire de notre enseignement.

Eric Bruggeman

Infor Jeunes Laeken

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.