Interview « express » du SEL – FGTB sur le Décret Inscriptions

Joan Lismont, Président du SEL (Syndicat FGTB pour l’enseignement libre) nous livre ici  (avec le concours de Pierre Waaub, chargé de mission FGTB) son point de vue sur le Décret Inscriptions..

 

 

IJ: Quelle est votre réaction par rapport à l’évaluation du Décret Inscriptions par la commission de pilotage ?

R : Tout d’abord je veux préciser que je ne fais pas partie de la commission de pilotage et que j’ai donc peu de retours sur les effets réels du décret.. Néanmoins, le SEL estime que la régulation des inscriptions reste un enjeu majeur, et qu’il y aurait lieu de réguler les inscriptions beaucoup plus en amont, dès le primaire et même le maternel.

IJ: Des bruits ont couru comme quoi il y aurait des risques de disparition du Décret en raison de la mise en œuvre du Pacte de l’Excellence, qu’en est-il ?

R : Ces bruits me rendent perplexes. Disons que certains se saisissent de tout pour tenter d’enterrer ce Décret Inscriptions. En fait, beaucoup de choses dépendront de la réalité du futur Tronc commun jusqu’à 15 ans.

IJ: C’est-à-dire ?

R : Le projet d’avis du Pacte promeut deux solutions pour détacher le Tronc Commun du secondaire supérieur (futures filières d’orientation du Qualifiant et de la Transition). Idéalement, le Tronc Commun devrait être mis en oeuvre au sein d’établissements non étiquetés par la spécialisation de leurs filières ultérieures (qualifiantes ou de transition). Ce qui suppose l’organisation de premiers degrés autonomes au cours des trois années du nouveau premier degré du secondaire, et/ou que le fondamental puisse sur base d’une adaptation légale organiser les trois dernières années du tronc commun. Il faut noter que la transformation géographique des établissements serait une transformation de très grande échelle, à envisager au minimum pour la construction et l’aménagement de nouvelles écoles et classes.

IJ: Mais le Décret inscriptions dans ce cadre-là ?

R : Le Décret Inscriptions garde tout son sens tant qu’il existe une séparation entre les établissements primaires et secondaires. Mais même si c’est le même établissement, tant qu’il existe des primaires sans secondaires -et tant qu’on n’a pas instauré un décret inscriptions pour le maternel ainsi qu’une obligation de conserver la cohorte d’élèves du début à la fin du Tronc Commun dans un cadre de mixité sociale et scolaire -, le Décret Inscriptions reste nécessaire. Même si, par ailleurs, il faudrait aussi l’améliorer.

Propos recueillis par

Eric Bruggeman

Infor Jeunes Laeken

 

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.