Le harcèlement à l’école implique notamment le droit scolaire. Mais, le harcèlement est aussi un délit. En tant que tel, il tombe donc sous le coup de la loi pénale. Brève synthèse des mesures légales prévues dans ce domaine.

Au niveau pénal

Le code pénal, en son article 442 bis, prévoit une peine d’emprisonnement ou une amende pour « quiconque aura harcelé une personne alors qu’il savait qu’il affectait gravement par ce comportement la tranquillité de la personne visée ». Pareil mesure touche les individus majeurs. Quid pour les mineurs ?

Au niveau du tribunal de la jeunesse

Pour un mineur, certaines sanctions  peuvent être décidées par le Tribunal de la Jeunesse afin de lui faire comprendre la gravité des actes commis et de le responsabiliser par rapport à ceux-ci. Exemples de sanctions : des travaux d’intérêt général, une réparation des dommages par proposition du jeune, etc.

Au niveau de l’éducation et du droit scolaire

L’article 8 du décret « Missions » du 24/7/1997, précise la responsabilité des écoles quant à la violence au sein de celles-ci : « chaque établissement éduque au respect des convictions de chacun, au devoir de proscrire la violence tant morale que physique […] et de mettre en place des pratiques démocratiques de citoyenneté responsable au sein de l’école ».

Le décret anti-discrimination du 12/12/2008, spécifie quant à lui que « compte-tenu de sa mission et de sa capacité à agir, l’intervenant (dans l’éducation, la guidance psycho-médicosociale, l’encadrement,…) est tenu d’apporter aide et protection à l’enfant victime de maltraitance ou à celui chez qui sont suspectés de tels mauvais traitements ».

Depuis 2008, un arrêté du Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles fixe que « tous les règlements d’ordre intérieur doivent désormais mentionner clairement les sanctions et les mesures prévues à l’encontre de faits de violences tels que les coups et blessures, le racket, les actes de violence sexuelle et le fait d’exercer sciemment et de manière répétée sur un autre élève une pression psychologique insupportable, par menaces, insultes, injures, calomnies ou diffamation».

Si en théorie les victimes semblent bien protégées par la loi, dans les faits la situation est plus compliquée.

Les procédures sont souvent longues mais surtout difficilement accessibles à un jeune en détresse relationnelle.

En effet, seulement 5 à 15% des victimes osent en parler à un adulte, par peur des représailles, par honte ou par manque d’informations.

Le CEF et Infor Jeunes Laeken

Lien utile : http://lecef.org/

Print Friendly, PDF & Email

122 commentaires

  1. Bonjour,

    Ma nièce de 10 ans est victime de harcèlement répété par un garçon de son école, qui a le même âge qu’elle. Cela va de l’insulte au crachat, aux menaces physiques et sexuelles, à l’intimidation et à la diffusion de rumeurs contre elle auprès de ses amies. Comme il habite le même quartier, il vient aussi régulièrement l’observer par les fenêtres et il a même déposé un mot d’insulte dans la boite aux lettres. L’école ne semble pas beaucoup réagir malgré plusieurs appels de la maman à la direction. Aucune rencontre n’a été proposée entre les parents, et aucune sanction n’a vraisemblablement été prise. Que peut-on faire pour aider ma nièce et pour éviter un désastre à l’avenir (en effet, ce garçon n’a que 10 ans: que fera-t-il dans quelques années avec la montée d’hormones de l’adolescence?)

    1. Bonjour Sam,
      Il y a lieu d’insister auprès de la direction et à défaut de réaction, interpeller le Pouvoir Organisateur de l’établissement (PO).
      Par ailleurs, la Fédération Wallonie-Bruxelles a mis en place un programme de lutte contre le harcèlement en milieu scolaire. Dans ce cadre, certaines structures apportent de l’aide aux parents d’enfants victimes de harcèlement : http://www.enseignement.be/index.php?page=27588&navi=4225

  2. Filali Bouami Nora a dit :

    Bonjour,

    Ma fille est étudiante et travaille de temps en temps en intérim comme en ce moment au Quick de l’aéroport,cela fait quelques temps qu’elle dit qu’il y a 2 collègues à elle qui l’a harcele mais elle ne faisait pas attention à elles et continuait à faire son travail normalement.
    Un jour qu’il y avait bcp de monde a l’aéroport ma fille n’a pas pu prendre sa pause et donc a pris son repas a emporter avec elle et ce avec l’autorisation de l’assistante.
    Hier en arrivant au travail,elle est convoquée par le manager qui lui dit qu’il ne veut plus d’elle chez lui car elle aurait soi disant VOLE de la nourriture et qu’elle aurait fait manger une copine à elle gratuitement ce qui est faux et en plus qu’il a des preuves contre elle car il l’aurait filmé…..
    Elle s’est donc justifiée devant lui et a nié ce qui lui a été reproché et elle lui a dit que tt le personnel mange gratuitement et qu’elle n’est pas la seule et il lui a répondu que les règles avaient changé mais ma fille n’a jamais été tenue au courant de ces nouvelles règles.
    Ma fille a été clairement victime d’injustice a cause de 2 pestes qui continuent à travailler car ce sont elles qui ont manigancées cette combine car l’une d’entre elle a avoué à ma fille.
    Je sais que ce n’est qu’un job étudiant et qu’elle trouvera un autre poste mais ma fille est honnête et trop gentille et je ne veux pas me taire sur cette affaire car on lui a manqué de respect et en tant que mère je me dois de protéger ma fille même si elle est majeure vous comprenez.
    J’aimerais porter plainte contre le manager et les harceleuses est ce que c’est possible?si oui quelle procédure dois je entamer ?

    Merci d’avance pour compréhension.

    Cordialement.

    Filali bouami Nora.

    1. Bonjour,
      La plainte peut être déposée à la police en se rendant directement dans un bureau poche de chez vous, et à l’Inspection sociale du SPF Travail/Emploi.
      https://emploi.belgique.be/fr/propos-du-spf/structure-du-spf/inspection-du-travail-dg-controle-des-lois-sociales/directions

  3. Fatima a dit :

    Bonjour je voudrai savoir comment je dois faire si j’ai porté plainte à la proviseurs que un gars porte une arme sur lui et quil me l’a pointe vers moi plusieurs fois j’, alors je lui ai parlé en message en lui disant assume avec plein de message en disant puis sa mère elle me dit que apparemment que je ment alors que j’ai des témoin qu’il ont vu qu’il portait une arme et j’ai eu des capture et elle me menace d’aller chez le directeur si je continue alors que j’ai rien fait à part dire la vérité

    1. admin a dit :

      Bonjour,
      Si vous avez la preuve de ce que vous avancez vous pourriez porter plainte directement auprès de la police.
      Par ailleurs, si le proviseur ne réagit pas, vous pouvez vous adresser rapidement au PO (Pouvoir Organisateur)de l’école.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.