Edito : Faites place !

image (4)En cette veille de rentrée des classes, nous avons décidé de consacrer ce nouveau numéro de « Journal de classe »  au manque structurel de places dans l’enseignement à Bruxelles.

Le droit à l’éducation est un droit fondamental. Il ne viendrait à l’idée de personne de le contester. Pourtant, force est de constater  qu’aujourd’hui,  à Bruxelles ce droit n’est pas toujours effectif. Il arrive de plus en plus souvent que des parents en situation de désarroi s’adressent  à nous  afin de les aider à trouver une place pour leur progéniture.

La situation est devenue à ce point critique qu’une plate- forme bilingue intitulée « Ieder kind een stoel – Une place dans une école qui a de la classe »  s’est constituée afin d’ester en justice. A l’heure actuelle, elle recueille des fonds et construit avec ses conseils sa stratégie politique. Pour en savoir plus : n’hésitez pas à lire les articles consacrés à ce sujet.

Le boom démographique que connait la région bruxelloise est particulièrement marqué dans les communes du « croissant pauvre ».

L’enjeu est donc de taille. Et, en effet, il serait invraisemblable que le manque de places de qualité  vienne  renforcer les inégalités qui marquent notre système scolaire ! Pourtant ce risque existe.

Car, créer des places ne saurait suffire. Encore faut-il que l’infrastructure collective  suive. Nous ne voulons pas de classes dans des  containers ou autres variantes : dans les caves  ou couloirs. Nous ne voulons pas d’écoles mammouths ! Lorsque de nouvelles classes sont créées, il importe  que les enfants bénéficient de cours de récréation et de  cantines  suffisamment grandes. Les  sanitaires  doivent également être adaptés, sans quoi des problèmes d’hygiène et de bien – être ne manqueront pas de se poser. Outre les questions  d’infrastructure, on déplore aussi une  pénurie de professeurs formés au plan pédagogique.

Si l’ensemble du système scolaire à Bruxelles est marqué par la pénurie, il est néanmoins des situations plus problématiques que d’autres. Nombre d’enfants ne trouvent pas de place  en maternelle : certes, l’école maternelle n’est pas obligatoire, mais pour des enfants qui ne parlent pas le français il est crucial qu’ils intègrent  l’école rapidement ! De même, pour les primo arrivants : il n’est pas toujours aisé de trouver une classe DASPA ( classes-passerelles)..  Nous en avons fait la triste expérience.

Enfin, nous avons eu à connaître des situations où des enfants à besoins spécifiques n’ont pas trouvé de places  dans l’enseignement spécialisé. Nous ne pouvons que déplorer le fait qu’à nouveau ce sont les plus précaires qui essuient les plâtres.

 Les autorités connaissent la problématique, mais semblent ne pas en saisir l’ampleur.

Aujourd’hui déjà, la situation  est plus que tendue. Si l’on se projette à l’horizon 2025 ou 2030, elle est carrément angoissante.

Chantal Massaer, Directrice

Infor Jeunes Laeken

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.