Edito : Vivre et être-ensemble, du pain sur la planche !

vivre-ensemble-1020x360« Radicalisation »/ « déradicalisation ». Ces mots saturent notre quotidien par médias interposés depuis les « départs en Syrie » de jeunes européens, mais aussi depuis que les   attaques terroristes ont semé la mort en France et dans notre pays : Charlie, l’Hyper casher, le Bataclan et .. Bruxelles, le 22 mars dernier.

Mais comment se radicalise-t-on ? A vrai dire, nul ne le sait véritablement, chacun y va de sa petite explication plus ou moins alambiquée ou plus ou moins stéréotypée. Mais nul n’en détient la formule, chaque trajectoire contenant sa part de singularité et d’énigme. A cela s’ajoute une ambiguïté sémantique : pointer la « radicalisation » comme signifiant du mal suprême, c’est faire d’une pierre deux coups: c’est condamner légitimement le terrorisme qui doit être effectivement éradiqué, mais c’est aussi jeter potentiellement le soupçon sur toute position tranchée et politiquement incorrecte qui s’exercerait démocratiquement. En conséquence : la prudence et la vigilance doivent être de mise par rapport aux velléités de normalisation et d’atteinte aux libertés que peuvent contenir les politiques de lutte contre la radicalisation.

D’autre part qu’entend-on par déradicalisation ? Peut-on extraire la radicalisation comme on extrait de la mauvaise herbe ? D’autant que, même si d’aventure l’entreprise se voyait couronnée de succès, la mauvaise herbe, comme vous le savez ma brave dame, ça repousse..

Questionné sur le sujet par un média à grande audience le week-end dernier, le Ministre de l’Aide à la jeunesse, Rachid Madrane, rappelait à juste titre que : « l’essentiel des musulmans de ce pays sont des gens qui ont une pratique de l’Islam tout à fait conforme à nos valeurs. On a en effet une minorité de gens qu’il faut absolument combattre, et je vais même aller plus loin, qu’il faut anéantir, parce que ce sont des gens qui aujourd’hui se sont laissés bercer par des illusions, par un modèle qui est vendu par des pays, entre parenthèses avec lesquels on fait des affaires ».

Certes, comme le laisse entendre le Ministre, le problème est systémique et il met en cause les modèles d’identification tendus aux jeunes (et aux adultes aussi). Mais, dès lors, la question devient : quel modèle notre société propose-t-elle ?

La réponse à cette question me fait immanquablement penser au titre de ce tout grand roman : « L’homme sans qualités ». L’auteur, Robert Musil, y dépeint dans le courant du siècle dernier l’avènement d’un modèle d’individu nouveau : sans qualités, c’est-à-dire non pas sans traits de caractère, mais entièrement voué au règne de la quantité. C’est-à-dire productiviste et consumériste. En d’autres termes, un individu dont l’existence est entièrement indexée non pas sur l’être, mais sur l’avoir.  Où les « décrochés » du système sont estampillés, tagués en tant que surnuméraires, c’est-à-dire en tant qu’éléments voués à la déchetterie humaine et à sa gestion technocratique. Comme modèle d’identification, on peut en effet rêver mieux..

Alors, les pistes de solution dans tout ça ?

S’il savent qu’il n’y a ni recette miracle ni baguette magique, les acteurs du secteur jeunesse (dont font partie Infor Jeunes Laeken et ses partenaires de la campagne Marguerite) continuent à travailler avec motivation et détermination sur le vivre-ensemble ou mieux encore : sur l’être-ensemble, pour reprendre la formule pertinente du sociologue Edgard Morin.  Pareil travail, pour l’essentiel, ne s’inscrit pas dans la logique de la société du spectacle et s’exerce sur la longue durée. Il est néanmoins, pour l’heure, le meilleur garant d’une société inclusive, même s’il reste actuellement bien du pain sur planche ! Il n’y a pas lieu de baisser les bras : pour preuve, même le Pacte pour l’excellence à l’école a mis en avant les objectifs de mixité sociale, d’égalité et de vivre-ensemble via la commission de l’Education en FWB.

C’est dans cet esprit que nous avons conçu et réalisé cette nouvelle édition de Journal de Classe. Bonne lecture de ce numéro 44!

Eric Bruggeman

Infor Jeunes Laeken 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.