Edito : l’école s’organise, Journal de Classe continue à vous informer

Numéro spécial pour une période extra-ordinaire que nous dépasserons si nous restons unis et solidaires face à la crise sanitaire et sociétale sans précédent à laquelle nous sommes aujourd’hui toutes et tous confrontés.

Cette crise, en plus de sa dimension médicale et humanitaire absolument prioritaire, s’accompagne d’enjeux politiques et socio-économique majeurs que nous n’approfondirons pas dans ce numéro-ci, mais sur lesquels nous ne ferons pas l’impasse dans les moments qui viennent.

Pour l’heure, ce numéro de Journal de Classe se donne pour objectif de faire le point sur les mesures prises au niveau des écoles fondamentales et secondaires ainsi qu’au niveau des établissements de l’enseignement supérieur et de promotion sociale. Tout en rendant compte, autant que faire se peut, de la façon dont ces mesures sont appliquées et vécues par nos concitoyens.

Informer – être à l’écoute – agir

Ce faisant, Journal de Classe est fidèle à sa mission d’information concernant l’école et le secteur de l’éducation en cette période qui bouleverse totalement nos habitudes. A cet effet, nous restons à l’écoute et réactifs face à ce qui se passe, et là hélas ce n’est pas toujours le meilleur qui nous revient du côté des écoles.

Nous avons appris, via notre permanence téléphonique (cf. news), que depuis que le confinement s’est amorcé, quatre exclusions d’élèves avaient été confirmées par des établissements scolaires (et d’autres pourraient être en cours). Même si ces établissements ont des arguments juridiques pour eux, de telles décisions sont particulièrement sordides compte tenu du contexte sanitaire et sociétal totalement hors norme qui s’abat sur les familles ! La ministre de l’enseignement en sera informée et nous souhaitons qu’un moratoire sur les exclusions soit imposé.

Il nous revient également des fédérations et associations de parents que certaines écoles donnent aux jeunes de nouvelles matières à apprendre, et ce en dépit de l’interdiction de la ministre (cf. circulaire). Parfois aussi des devoirs à remettre en ligne avec des sanctions à la clé en cas de non exécution de la part de l’élève. En plus du non respect du prescrit légal, ces directions d’établissements partent donc du principe que toutes les familles sont super bien équipées sur le plan technologique, et que la fracture numérique et donc les inégalités ne seraient que des légendes…

A cela s’ajoute le fait que le confinement à la maison instaure et suggère des comportements inédits. Les psychologues plaident pour des attitudes parentales apaisantes et structurantes, mais pas pour autant rigides. Personne n’est parfait, enfants et parents doivent pouvoir respirer… physiquement et psychologiquement.

Et l’égalité dans tout ça ?

Et puis qui concrètement va s’occuper des enfants ? Qu’en est-il de la fameuse charge mentale ? Vous le savez, Infor Jeunes Laeken est particulièrement attentif aux questions d’égalité femmes-hommes, c’est la raison pour laquelle depuis 4 ans nous menons notre campagne « Sur les pavés l’égalité ». Nous avons donc abordé la question dans un article intitulé « Qui va s’occuper des enfants ? » et qui figure dans ce numéro, nous publierons d’autres articles sur la problématique bientôt.

Nous sommes bien conscients aussi qu’en raison de l’accélération constante et de l’imprévisibilité du processus et de ses effets, cette édition risque de ne donner qu’une vision éphémère et sans doute rapidement obsolète de ce qui est en train de se jouer dans le domaine scolaire ainsi que dans notre vie de tous les jours.

Courage à tou.te.s et restons solidaires.

Prenez soin de vous mais prenez aussi soin des autres en mettant en application les consignes données par les pouvoirs publics.

Eric Bruggeman

Infor Jeunes Laeken

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.