Edito : Avec les jeunes syriens et leurs familles, l’aventure continue..

L’actualité 14519815_1836393686580673_2155464979955753539_nnous rappelle sans relâche la situation dramatique dans laquelle les populations civiles sont plongées en Syrie. L’imbroglio politico-militaire qui y règne, laisse malheureusement à penser que nous sommes loin d’une solution.

 Il y a de cela un peu plus d’un an, nous étions appelés au Parc de la Rosée à Anderlecht, afin d’aider parents et enfants syriens à trouver une école.

Très vite, il nous est apparu que nous devions développer une action intégrée afin de favoriser l’accrochage et la réussite scolaire. Si le flux de réfugiés qui atteint Bruxelles s’est aujourd’hui ralenti, nous ignorons de quoi sera fait demain.

A cette fin, nous sommes présents en période de vacances ainsi que tous les mercredis au Parc afin d’offrir animations aux enfants, orientation et aide sociale aux parents.

Les populations syriennes qui fréquentent le parc de la Rosée sont essentiellement constituées de Doms, à savoir des « gitans » du Moyen-Orient. Pourvus d’un langage qui leur est propre (le Domari) et d’un mode de vie hérité des traditions nomades, on peut comprendre aisément que nos codes puissent leur être étrangers.

Avec patience, nous tentons de les aider à décoder nos normes. A cet égard, la gestion du temps et des conflits reste problématique. Leur mauvaise maîtrise du Français ajoute à ces difficultés. Issus de zone de guerre, parents et enfants ont vécu des traumatismes qui les ont marqués. A chaque fois que cela s’avère possible, nous établissons des contacts avec des centres de santé mentale aptes à les soutenir. Il est important que ces centres maîtrisent des dimensions interculturelles.

L’accès à la santé « physique » laisse également à désirer.

Enfin le dialogue entre écoles et parents nécessitent de nombreuses médiations.

Vous trouverez dans ce numéro de Journal de Classe de plus amples informations à ce sujet. Afin de favoriser la scolarisation des enfants, nous organisons également au Parc, de nombreuses animations, des jeux de piste, des ateliers de sculpture sur fruits, des bricolages, des contes… Nous tentons aussi de créer du lien et de la mixité sociale et culturelle entre les différents publics qui fréquentent le parc. Le 21 septembre à cette fin, nous avons organisé une fête agrémentée par la présence de la Fanfare « les taupes qui boivent du lait ».. Nous vous invitons à en partager l’ambiance en regardant notre vidéo.

Bonne lecture et bonne découverte !

Chantal Massaer, Directrice

Infor Jeunes laeken

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.