Recours: jeunes et parents dans le désarroi

Infor Jeunes Laeken est encore et toujours massivement interpellé sur les décisions prises par la commission de recours externes suite aux recours introduits par les parents en juin- juillet. En effet, de nombreuses familles désemparées nous rapportent qu’aucune réponse ne leur a encore été communiquée à ce jour. Interrogé par la RTBF sur cette question, le directeur général de l’enseignement obligatoire (1) a répondu :

« Je ne comprends pas qu’on dise qu’on est dans l’incertitude parce qu’on n’a pas de décision » – « Quand on introduit un recours, le recours n’étant pas suspensif de la décision du conseil de classe, la décision qui prime, c’est la décision du conseil de classe. Donc, on sait où s’inscrire, on sait ce qu’on doit faire, il faut respecter la décision du conseil de classe »- « Il faut aller là où le conseil de classe dit qu’il faut aller et attendre sereinement la décision du Conseil de recours » » Et de conclure par : « cela ne met pas des scolarités en péril de recevoir une décision le 10 ou le 15 (septembre) »

Ces réponses de la direction générale de l’enseignement obligatoire nous laissent pour le moins pantois, et ce pour les motifs suivants :

– Appliquer « sereinement » la décision du conseil de classe tout en restant focalisé sur l’attente de la décision de la commission de recours nous paraît particulièrement léger comme conseil, pour ne pas dire insultant pour les jeunes et les parents, quand on sait que cette décision qui tarde à venir peut totalement infléchir la trajectoire de formation de l’élève ainsi que son insertion socioprofessionnelle future.

– Au stress d’une année complètement chaotique en raison de la gestion covid, décuplé par le stress de la rentrée, s’ajoute celui d’une inconnue complète quant à l’orientation que prendra cette année scolaire déjà en route.- De telles déclarations font donc complètement fi de l’impact psychologique d’une telle situation sur les jeunes, à un moment où les experts ont été unanimes pour pointer les préjudices psychologiques subis par les élèves durant cette ère covid.

– Enfin, il est invraisemblable d’entendre: « cela ne met pas des scolarités en péril de recevoir une décision le 10 ou le 15 (septembre) ». Car, l’Arrêté du 10 mars 1998 de la FWB relatif au fonctionnement et à l’organisation des recours, en son Article 6, prévoit explicitement que : « Les Conseils de recours siègent au plus tard entre le 16 et le 31 août pour les décisions des conseils de classe relatives aux délibérations de juin (..) ». Dans l’hypothèse où la commission de recours a continué à siéger au-delà du 31 août, les décisions prises sont-elles encore légales ?

Chantal Massaer, Directrice

(1) https://www.rtbf.be/…/detail_rentree-dans-le-secondaire…

Ce contenu a été publié dans Enseignement. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.