Covid19 | Qui va s’occuper des enfants ?

Sommes-nous prêt·e·s ? De quoi avons-nous besoin ? Comment l’expliquer aux enfants ? Beaucoup de questions et d’angoisses surgissent face au Covid-19. À cela s’ajoute la gestion et l’éducation des enfants alors que les écoles sont fermées. Qui va endosser cette charge supplémentaire ? On connaît malheureusement la réponse…

La charge mentale du Covid-19 : la B.D. d’Emma Fallait Demander, a permis de populariser le concept de charge mentale – et ensuite de charge émotionnelle – subi par les femmes au sein de leur foyer. 

L’épidémie Covid-19 apporte à chaque foyer une charge mentale supplémentaire : sommes-nous prêt·e·s ? de quoi avons-nous besoin ? comment l’expliquer aux enfants ?  Cette charge est aussi principalement endossée par les femmes. Une mère témoigne :

 “Je trouve que tout ce qui était lié au coronavirus me tombe dessus, que ce soit rester au courant de l’actualité, en apprendre davantage sur les symptômes, en parler à mon enfant de neuf ans sans le rendre trop anxieux, lui rappeler de se laver les mains, noter si l’un d’entre nous a des symptômes, prendre des décisions quant à savoir s’il faut rester à la maison ou aller dans les classes et les clubs, et gérer le travail autour de tout cela aussi”. The Guardian 

Soin et éducation des enfants

Ce témoignage montre une charge mentale et émotionnelle additionnelle liée à la pandémie actuelle. À cela s’ajoute la fermeture des écoles.

Il n’est pas possible de travailler avec de jeunes enfants à la maison. Au moins un·e parent·e devra sacrifier une grande partie de sa journée de travail au soin, à la garde et à l’éducation des enfants. Dans les couples hétérosexuels, les dés sont jetés d’avance. 

Hors lockdown, dans les ménages ou les deux personnes travaillent à temps pleins, le temps dédié au soin et à l’éducation des enfants est pris en charge à 70% par les femmes et à seulement 30% par les hommes. Source : Institut pour l’Égalité des Femmes et des Hommes

Dans la majorité des foyers, cette nouvelle charge va donc automatiquement retomber sur les femmes. Le HuffPost  a recueilli plusieurs témoignages allant dans ce sens :

“Rémi est à un moment de sa vie professionnelle où il a beaucoup de responsabilités.”

 “Mon compagnon a un salaire plus conséquent que le mien grâce à ses primes. Il est apparu évident que c’était à moi de prendre le relais.”

“J’ai plus de connaissances des enfants et des activités à proposer pour l’occuper. Son papa est plus adepte des ballades et moi des activités manuelles et intellectuelles du coup on pense qu’elle s’ennuiera moins avec Maman.”

Les conséquences possibles sont une diminution temporaire du salaire, une réduction des chances d’évolution de carrière, un risque accru de licenciement alors qu’une crise économique et financière se profile probablement. 

Ceci impactera fortement les familles monoparentales, principalement dirigées par des femmes. Ces femmes déjà souvent précarisées seront parfois contraintes de mettre en danger leur seule source de revenu. 

Beaucoup de personnes âgées ont aussi besoin de plus d’aide et de soin durant la pandémie alourdissant aussi principalement la charge des femmes.  The Guardian

Dès à présent, il faut inviter les pouvoirs publics à prendre en compte ces réalités. 

La Ligue des Familles les a par exemple interpellé réclamant la mise en place d’un dispositif permettant aux parent·e·s de ne pas travailler pour s’occuper des enfants tout en étant correctement rémunéré·e·s. Elle propose 2 solutions :

  • Une indemnité octroyée aux parent·e·s via l’assurance maladie-invalidité, comme c’est le cas en France. 
  • Une nouvelle modalité, temporaire et mieux rémunérée, du congé parental

Article de Pauline Grégoire pour Infor Jeunes Laeken et la Campagne sur les Pavés l’Égalité

Print Friendly, PDF & Email
Ce contenu a été publié dans Citoyenneté, Santé, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.