L’école devrait favoriser beaucoup plus la résilience des élèves

image (28)C’est en tous cas le point de vue de Jean Hindriks, économiste et professeur à l’UCL. Et l’économiste de préciser: « une école qui fait échouer la moitié de ses élèves ne développe pas du tout la confiance en soi des élèves: elle les casse »

Dans l’interview qu’il donne à Lalibre, l’économiste souligne aussi qu’ « Il y a une plus grande proportion d’élèves de milieux défavorisés dans le réseau officiel  » et que, par ailleurs : « le réseau libre a tendance à faire de l’écrémage, même si ce n’est pas volontaire. Les élèves qui ont plus de facilités sont davantage représentés dans ce réseau-là » Venant d’un académique de l’université de Louvain la neuve, cela valait la peine d’être souligné..

Cette interview fait suite à la diffusion cette semaine du dernier rapport de l’Institut Itinera concernant « L’égalité des chances à l’école », qui confirme une nouvelle fois l’énorme écart des résultats scolaires entre les élèves issus des milieux les plus favorisés et ceux des élèves issus des milieux les plus défavorisés.

En savoir plus

Ce contenu a été publié dans Enseignement, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.